Cookie Consent by Free Privacy Policy Generator website

à propos

à propos du Laboratoire du Territoire de la Vallée de la Vézère



La génèse du projet

Le Laboratoire du Territoire de la Vallée de la Vézère a été fondé en juin 2018. Il s'agit d' une association œuvrant sur le thème du développement durable.

Ce thème, issu de la charte du même nom créée par l'UNESCO permet à l'association de travailler de façon transversale sur les axes suivants :

- l'économie (dans le cas du laboratoire l'économie sociale et solidaire ESS – concept central)
- le social (au sens retenu de lien social)
- l'environnement
- la culture

Pour comprendre le projet, il est essentiel de présenter le concept du Laboratoire du Territoire de la Vallée de la Vézère et son histoire. Né de rencontres et de dialogues avec de nombreux maires et présidents de communautés de communes au sein de ce vaste territoire essentiellement rural, tant en Dordogne qu'en Corrèze (la Vallée de la Vézère s'étend de Meymac à Limeuil) , cette structure est également le fruit d'échanges avec des chefs d'entreprises, des auto-entrepreneurs, des porteurs de projets, des représentants du monde associatif, ainsi qu'avec des personnalités compétentes et  référentes en France (Gilles Clément, Jean-Louis Bonnin, Yannick Jaulin, Fellag, Carlos Maza ...).

Il s'agit donc d'un projet émanant du terrain, étayé par de nombreuses recherches, analyses, lectures d'ouvrages, de rapports scientifiques, de rapports parlementaires... qui a pour vocation de proposer des actions concrètes autour du développement durable comme cela a été évoqué précédemment.

Le territoire pris en compte


A terme, la vocation du Laboratoire du Territoire de la Vallée de la Vézère est d'étendre son travail sur l'ensemble de la Vallée de la Vézère depuis sa source en Corrèze jusqu'à son embouchure en Dordogne, soit sur 211 kilomètres. Ce territoire n'a pas une réalité administrative et se répartit sur deux départements appartenant à la région Nouvelle-Aquitaine. Mais il s'agit bien d'un territoire commun pour des raisons culturelles, géologiques, sociologiques, économiques... Il n'y a pas là une construction intellectuelle ou politique. Il s'agit d'un constat.

La Vallée de la Vézère est internationalement connue notamment par la préhistoire, mais à ce jour elle l'est davantage pour sa partie située en Dordogne à travers notamment des sites prestigieux comme les Eyzies, Lascaux...

Installé à Terrasson-Lavilledieu, le Laboratoire du Territoire de la Vallée de la Vézère redéfinit ses stratégies en déterminant Terrasson-Lavilledieu comme l'épicentre de ses actions, l'axe autour duquel viennent s'ancrer nos réflexions avant de les transformer en actions et de les décliner tout au long de cette vallée.
Il y a une cohérence certaine entre notre projet et son implantation géographique. En effet, Terrasson-Lavilledieu se situe sur l'axe Vézère mais surtout elle est la cité la plus importante de la vallée, la ville « pont », le lien entre la proche Corrèze (avec en premier lieu Cublac qui est limitrophe et fait partie du bassin de Brive) et la Dordogne.

Évidemment les projets du Laboratoire du Territoire sont à appréhender sur la durée. Le lien qui sera façonné en partant de Terrasson-Lavilledieu vers les autres villes, villages et campagnes de la vallée Vézère doit se construire au fil du temps. La municipalité de Terrasson-Lavilledieu souhaite donner une image différente à sa commune avec une stratégie novatrice alliant culture et tourisme, avec une dynamique permettant un travail en commun, une cohésion entres les structures de la ville et au-delà.
Terrasson-Lavilledieu, de par son emplacement géographique joue un rôle important dans les liens à mettre en œuvre dans une volonté de cohérence.


Les axes de développement de la politique culturelle du Laboratoire du Territoire
 

La période de grande mutation que nous traversons n'est pas, au regard de nombreux observateurs patentés, une parenthèse, un pas de coté avant un retour à la normale mais bien un changement profond de paradigmes. Il y aura un avant et un après. Les conséquences de cette crise sanitaire sont difficiles à connaître de manière intrinsèque, toutefois, nous voyons quelques modifications de comportement dans tous les domaines. La culture qui, rappelons le, est définie au sein de la charte du développement durable de l'Unesco comme le liant permettant de relier l'économique, le social et l'environnemental voit ses habitudes bousculées. Les publics boudent actuellement les salles, de  nouvelles pratiques sont demandées, de nouveaux échanges, d'autres manières d'interagir, de se relier aux œuvres, de faire culture, de fabriquer des méthodes de mieux vivre ensemble au sein des territoires.

Cette notion de lien est indéfectible de notre projet. Nous souhaitons à travers les actions proposées déterminer un autre rapport aux habitants du territoire. Construire ensemble des actes de culture évolutifs, inclusifs, de manière à défendre une identité et une cohérence territoriale par des gestes de proximité et ce au travers de différents axes. Une image valorisée par des actes culturels forts et singuliers favorisera également le tourisme, ce qui générera une économie sur le territoire.